Anne De Lafforest

Le Dressing Club est en partenariat avec la marque Anne De Lafforest depuis 2019. Nous adorons l’authenticité de cette marque, qui est un réel atout pour notre concept. Pour nos ventes privées de février, nous avons rencontré la créatrice Anne De Lafforest elle-même :

Quels sont vos rôles au sein de la marque ?

Nous avons créé la marque en 2015 avec Blandine, Depuis, nous avons fait 5 saisons, et nous travaillons sur la 6ème collection pour 2021. Les dessins sont faits, les matières choisies, les études ne devraient plus tarder à commencer à l'atelier... 

Je m'occupe surtout de la partie design, et Blandine est à l'atelier. C'est elle qui s'occupe des patrons et de la confection. Elle a bien évidemment son regard sur mes dessins : elle me dit si c'est possible ou non, et lorsque techniquement ça n'ira pas sur les clientes. Nous allons alors ajuster les détails, changer les lignes pour que ça reste joli et dans l'idée première, mais que ca reste réalisable au niveau du modélisme. 

Notre équipe s'est aussi agrandie cette saison avec deux super assistantes pour la communication et les ventes, et une modéliste à l'atelier.

Pourquoi les robes de mariées ?

J'ai toujours adoré travailler le blanc, pendant mes études et mes premières années en tant que styliste : c'est une couleur avec laquelle on a énormément de possibilités et on peut expérimenter toutes sortes de matières. Je voulais travailler dans la Haute Couture pour faire du sur-mesure et garder un côté artisanal. Mes copines qui me demandaient de réaliser leurs robes en plus de mon travail. Donc ça s'est fait assez naturellement. 

C'est aussi le côté émotion que l'on ressent avec nos clientes. Ce ne sont pas les mariées qui choisissent leur robe, c'est la robe qui les choisi. Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais de temps en temps il y a comme une rencontre entre la robe et la mariée qui est inexplicable.

Avec Blandine on s'est rencontrées quand je faisais le business plan : j'avais besoin qu'on m'éclaire sur la partie modélisme. Elle s'est associée tout de suite au projet et on a tout créé ensemble. Elle travaillait déjà depuis 5 ans dans les robes de mariées, en tant que chef d'atelier.

Quelles sont vos inspirations ?

Cela vient principalement des tissus. Nous faisons le choix de travailler avec des matières haut de gamme, et principalement de la soie. Les tissus viennent presque tous de France. Chaque saison, nous faisons le tour de nos fournisseurs habituels, nous en rencontrons de nouveaux sur les salons, et nous choisissons des motifs, des textures un peu uniques. Depuis deux ans, nous créons même nos propres tissus en France, comme le Jacquard de la collection 2020 : nous avons choisi les motifs et tous les fils, un par un pour avoir ce tissage qui n'existe que chez nous. On imagine ensuite les coupes afin qu'elles conviennent aux mariées et qu'elles soient dans l'air du temps, tout en y insufflant quelques nouveautés pour les inspirer sur de nouvelles lignes.

Il y a également beaucoup d'architecture, et surtout les mariées elles-même. Au départ, nous n'avions pas de recul sur ce que cherchaient les mariées. Nous avions donc notre idée très précise du style voulu. Depuis, elles nous donnent des pistes et on commence avec l'expérience à savoir ce dont elles auront envie la saison prochaine.

Les tendances du moment?

Beaucoup de retour au volume, les mariées ne veulent plus de dentelle, moins de bohème. On cherche à nouveau une robe de mariée extraordinaire qui fasse travaillée, contrairement à une période où les femmes cherchaient des robes qui font tous les jours. Mais elles ne sont pas totalement prêtes à passer le cap du volume. Je pense que d’ici 5 ans nous y reviendrons. 

Votre robe préférée dans vos collections ?

Ma robe préférée serait Séville, de la collection 2017, car j’ai adoré dessiner ses broderies

Dans la nouvelle collection, c'est Iris et ses motifs de broderie que l'on a longuement travaillés avec notre brodeuse, Virginie Renault. Et la robe Orphée. C'est une robe bustier, personnellement j'adore ça, je trouve que c'est d'une élégance folle. Peu de Mariée osent ce type de robe car c'est une sensation très différente des robes à manches, elle tient uniquement à la taille et pas aux épaules, elles n'ont pas l'habitude ! 

La préférée de Blandine est la robe Pandora, une robe à fines bretelles en mousseline drapée, pour sa sobriété et sa légèreté.

L’avenir de la marque ?

Dans un sens on aimerait s’agrandir mais on reste vigilantes car on est très artisanales, et on veut voir un maximum de mariées nous même avec Blandine. On ne cherche pas à devenir une grosse entreprise de robes de mariées. On cherche plus à s’agrandir avec des produits annexes, comme les robes de civil qui entrent plus dans une game de prêt-à-porter.

Sans oublier le côté écologique de la marque. Dans un premier temps, Anne De Lafforest redonne une seconde vie à ses robes d'essayage et d'exposition en les vendant au Dressing Club afin de ne pas les détruire. Dans un second temps, elle donne ses chutes de tissus à une créatrice de bandeaux et foulards pour cheveux, spécialisés pour les femmes atteintes du cancer. Une belle initiative !

La collaboration entre le Dressing Club et Anne De Lafforest est très importante pour nos clientes. Ces robes épurées et travaillées sont dans l’air du temps. L’avantage de les acheter au Dressing Club est que l’on retrouve des modèles d’anciennes collections à des prix abordables, allant de -30 à -60% du prix initial. N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour venir essayer ces magnifiques robes !