En mars dernier, Armelle s'est mariée sur une plage Guadeloupéenne dans la jolie robe De Fil en Aiguille de la marque Carven, qu'elle avait trouvée lors de ses essayages au Dressing Club. 

Elle a accepté avec grand plaisir de revenir sur son mariage, se remémorant les beaux moments, en partageant avec nous une partie de son histoire d'amour, de sa rencontre avec Alexandre jusqu'au mariage.

LA RENCONTRE

Nous nous sommes rencontrés il y a 11 ans, j'avais 18 ans et lui 21 ans. Il étudiait à Rouen et moi à Paris. C'était un des meilleurs amis de mon cousin. Nous nous sommes rencontrés lors d'une soirée à Paris. 

LE MOMENT OÙ J’AI SU QUE C’ETAIT LUI LE BON

C’est une bonne question. On doute toujours, surtout quand on se rencontre jeune. Mais quand on y réfléchit, si c'est lui qui vous réconforte quand ça ne va pas, si c'est lui le premier à qui vous parlez pour lui annoncer une bonne ou une mauvaise nouvelle, lui qui vous apaise, avec qui vous partagez tout, je pense qu'a ce moment là, il n'y a plus aucune question à se poser, c'est bien le bon.

QUI A PARLÉ MARIAGE EN PREMIER ?

Je pense bien que c’est moi, mais uniquement pour parler de lune de miel, d’un beau voyage qui me trottait dans la tête depuis plusieurs années : la Polynésie. Très cliché mais certainement à la hauteur de mes espérances.

Mais avant de se lancer dans le mariage, nous nous sommes pacsés il y a deux ans pour construire notre maison, puis l'étape mariage a suivi, en douceur, sans précipitation. 

LA DEMANDE EN MARIAGE

Alexandre m'a fait sa demande en mariage le jour de nos 10 ans passés ensemble, lors d’un beau voyage à la Barbade, sur une jolie falaise qui dominait une belle plage où se reflétait la pleine lune. 

LE CHOIX DE LA ROBE DE MARIÉE

Le choix de la robe de mariée n'a pas été une mince affaire. Habitant en Guadeloupe, j'ai fait un premier essayage là-bas, mais sans grand succès. Je désirais une robe simple, un peu bohème, et en Guadeloupe la mode est plus aux robes très travaillées, avec de grandes traînes, beaucoup de strass et de dentelle et de grands décolletés. Ça ne me correspondait pas.

Lors d'un passage à Paris, j'ai fait un premier essayage. Là, il y avait plus de choix, mais je n’ai pas eu de réel coup de cœur et le budget ne correspondait pas. Cependant, la première fois que vous enfilez une robe de mariée reste un moment magique, on a du mal à se reconnaître. Et puis en regardant sur internet, un blog parlait du Dressing Club ; j’ai appelé et le rendez vous était pris. J'y suis allée avec un peu de stress car si je ne trouvais pas ma robe de mariée avant de repartir en Guadeloupe, je ne savais pas où j'aurais pu trouver ma perle rare. Et me voilà dans ce bel appartement parisien avec des centaines de robes, plus magnifiques les unes que les autres, des robes de marques que je n'espérais même pas essayer un jour. Une belle équipe vous permet de vous aider dans le choix. Me voilà donc en cabine avec 5 robes à essayer. Mais il y en a une, lorsque vous l'enfilez et que vous avancez vers le miroir, vous savez que c’est elle ! Et vous vous projetez le jour J, apercevant dans les yeux de votre futur mari un véritable « Wahou ! C’est ma future femme ».

LE DÉROULEMENT DES PRÉPARATIFS DU MARIAGE

Alors là non plus, ça n'as pas été facile. Pour trouver un lieu, un traiteur qui vous répond en vous donnant un devis, en Guadeloupe, c'est très compliqué. Surtout quand on n'y connaît pas grand chose. Finalement nous avons fait appel à une wedding planner et ça a été la meilleure dépense. Elle nous a trouvé un lieu magnifique pour la soirée, a géré l'organisation de la cérémonie laïque, la décoration, le choix des prestataires en qui elle avait confiance et avec qui elle avait l'habitude de travailler. nous n'avions plus qu'à profiter sans stresser et se laisser porter. 

LE PLUS BEAU SOUVENIR DU JOUR J

Il y en a plusieurs. Le premier : lorsqu'il m'a lu ses vœux de mariage lors de la cérémonie laïque. Un moment qui le stressait beaucoup comme il n'aime pas parler en public mais il a bien voulu jouer le jeu pour moi. Du coup, c'était très touchant. Le deuxième : le moment de la préparation qu'on a partagé avec mes témoins et ma maman, se faire bichonner par le coiffeur, la maquilleuse puis l'enfilage de la robe et se découvrir dans le miroir : « une vraie mariée ! ». Le dernier très beau moment c'est la joie. Pendant toute la journée, ça n'a été que rires, sourires et joie, que de beaux moments partagés avec tout le monde.

 

UNE BONNE IDÉE À VOUS PIQUER

Au risque de me répéter, je dirais prendre un wedding planner. La journée passe déjà tellement vite que si vous perdez du temps et de l'énergie à gérer vos prestataires, elle passe encore plus vite. Cette journée, elle est pour vous et votre mari. Mais si vous n'optez pas pour cette solution, je dirais faites vous plaisir en restant dans la simplicité, et en réduisant le nombre d'invités pour profiter au maximum d'eux. Nous étions 60 et c'était déjà beaucoup pour parler et profiter d'un moment privilégié avec chacun d'eux. 

UN CONSEIL POUR LES FUTURES MARIÉES

Profitez à fond, vivez votre rêve de princesse, partagez ce beau moment avec votre mari et vos invités. Faites selon vos envies. Il y aura toujours des personnes qui vous détourneront ce que vous voulez faire mais c'est votre journée à tous les deux. 

Et vive l'amour !