Maison Floret

A l’occasion de nos ventes privées de cette fin de mois de février, nous organisons un événement basé sur les créateurs parisiens. Nous sommes en collaboration avec bon nombre d’entre eux, comme avec la marque Maison Floret. Nous avons donc interrogé la créatrice : Sidonie Floret.

Votre parcours :

J’ai fais des études de dessin et d’histoire de l’art. J’ai aussi suivi des cours au studio Berçot, pour ensuite travailler dans l’atelier de Lolita Lempicka, puis dans diverses maisons comme Martine Sitbon et Bonpoint, en tant que styliste ou modéliste. Lors de mon mariage, j’ai fait ma propre robe de mariée, j’ai donc eu beaucoup de demande par la suite. J’avais le statut d’auto-entrepreneur et cela fait donc 13 ans que je fais des robes de mariées. J’ai donc décidé de créer ma propre marque officiellement il y a 5 ans.

J’ai créé la marque aux côtés de Sarah Abid, qui a fait des études de commerce et travaillé en banque d’investissement à Londres. Nous nous sommes rencontrées et tout de suite, nous avons eu un bon feeling. Je cherchais quelqu’un qui s’y connaisse en chiffres, et elle une personne créative : Maison Floret a vu le jour. Aujourd’hui, nous sommes une équipe de 7, parfois plus selon les périodes.

Floret est mon nom de jeune fille, et j’ai choisi le terme Maison car en plus d’être un lieu, cette marque est une équipe à échelle humaine, dans un atelier parisien. 

Pourquoi les robes de mariées ?

J’ai choisi les robes de mariées pour le côté pure, très vaporeux et très noble de ces créations. Ce qui me plait dans la mode, c’est de créer une pièce unique, pour une seule personne. De chercher la bonne architecture de coupe selon la mariée. Cela rend le vêtement plus intéressant et permet de définir la personnalité de la femme qui le porte.

Vos principales inspirations ?

J’aime vraiment le style années 50 - 60. Je m’inspire beaucoup des grands couturiers, de Madame Grey à Yves Saint Laurent, en passant par Dior ou Schiaparelli. Je suis une grande grande fan. Leurs créations me font rêver. Voir leurs vêtements montés et portés sur mannequins dans les musées. Imaginer comment sont faites les coupes, c’est quelque chose qui me passionne.

À mes yeux, la tendance s’éloigne du côté bohème et va de plus en plus vers quelque chose de minimal, avec beaucoup plus d’unis, et moins de dentelles. 

Vos idées pour l’avenir de la marque ?


En tant que fondateur et créateur, on a toujours des milliards d’idées, d’ambitions différentes. Donc en effet, j’aimerais développer, ouvrir un autre showroom, vendre dans plus de pays et pouvoir renouveler mes collections encore plus souvent. Grandir naturellement, mais en restant à une échelle humaine, en restant proche des mariées, car l’idée n’est pas de vendre du volume. Il y a un équilibre entre les deux à trouver pour ne pas se perdre. J’aimerais bien garder ça. Nous vendons déjà en Suisse, et nous avons également eu une période en Belgique.

Votre robe préférée ?

J’aime beaucoup la robe Sydney de la collection de cette année. Elle est simple et très flatteuse, elle met en valeur la poitrine, et cache ce qu’il y a à cacher, elle a un coté très simple et très glamour, comme j’aime. Je choisi mes robes au coup de coeur, c’est à partir des matières que j’ai envie de faire une robe, celle-ci est un bon exemple.

Venez découvrir les nouveautés Maison Floret au Dressing Club ! Des robes de mariées de -30% à -60% du prix boutique. N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour nos ventes privées qui sont du 25 au 28 février, au 9 rue Godot de Mauroy, 75009 Paris.